• 033 04 43 01 59 60
  • robert@hurielnet.fr

Saint-Sauvier

L'Allier pittoresque: histoire, géographie, statistique et biographie du Bourbonnais(1858) Par Théodore de Jolimont

Saint-Sauvier.- Étendue, 3,147 hectares; - population, i,190 habitants;:-- maisons, 246. Cette commune, partagée eu deux autrefois, dépendait pour une partie 'du, Beri,et était soumise à la juridiction du seigneur;Je la Roche-Guillebaut, et, pour l'autre partie du Bourbonnais, était soumise à (a juridiction du seigneur de Vieilleville. Pendant la première Révolution française, réunie toute entière au département de l'Allier, elle fut érigée en chef lieu de canton et depuis annexée définitivement au canton d'Huriel; elle en est une des communes les plus importante, tant par w population que par ses produits qui consistent en froment, seigle, sarrasin, chanvre, beaucoup de châtaignes qui sont exportées,en fruits dont on fuit du cidre; on y trouve des bois taillis et des futaies qui produisent des bois merrains; des sabots, du charbon„etc. ; le gibier, les chevreuils et les sangliers y abondent.

Dans un hameau appelé Saint-Rémi, dépendant de cette commune, il existait près d'une source une chapelle sous le litre de Notre -Dame-des-Pierres, où il s *était établi une rituelle qui avait lieu tous les ans, le 24 juin. Là. au milieu' des fêtes, des plaisirs, des bombances de tout genre, la foule de pèlerins se portait auprès d'une mare, formée par l'eau de la fontaine, et plus de cent femmes, les jupons retroussés au­dessus des genoux, barbotaient dans cette eau bourbeuse, troublée par leurs piétinements, s'en lavaient (les jambes, les bras, les épaules, les seins; c'était des vieilles , ridées, que la vie allait quitter; des jeunes filles dévorées par trop de vie; des nouvelles épouses qui y puisaient l'espérance ; des nuées d'enfants plongés nus dans l'onde glaciale, enfin une foule d'infirmes, de boiteux, manchots, perclus, aveugles, etc., s'agitant tous avec plus ou moins de foi dans ce bain qui devait les régénérer. En -1827 ou 1828, l'autorité civile et ecclésiastique a défendu ce pèlerinage et interdit la chapelle. Depuis quelque temps, une foire où l'on loue des domestiques a remplacé le même jour et au même lieu l'ancien pèlerinage.

L'église de Saint-Sauvier remonte à la fin du suie ou au commencement du XIII siècle, son clocher a trente-deux mètres d'élévation. A deux myria mètre quatre kilomètres de Montluçon-,- Le cas de Saint-Sauvier, près de Boussac, qui avait fait couler beau­coup d'encre lors des négociations entre députés des futurs départements de la Creuse et de l'Allier (cf. section I), n'était par contre pas définitivement réglé. Le clocher étant dans la partie berrichonne et non bourbonnaise de la paroisse, celle-ci avait été dans son intégralité incluse dans le district de Boussac. Les députés de Montluçon violèrent cependant ces accords et l'érigèrent en chef-lieu de canton de leur district, ce qui suscita immédia­tement l'adhésion des habitants de Saint-Sauvier. Malgré une pétition de l'assemblée du département de Guéret à l'Assemblée nationale pour protester contre cette usurpation, !a commune litigieuse fut attribuée au district de Montluçon, la population ayant penché en leur faveur suite à leur habile manaeuvre=~ Le sous-préfet de l'arrondissement de Boussac revint à la charge par un courrier adressé au préfet du département de la Creuse du 20 fructidor an VIII.