S LE CHATEAU D'HURIEL Hier Aujourd'hui
?>
  • 033 04 43 01 59 60
  • robert@hurielnet.fr

L'Histoire de la Toque

L'histoire d'Huriel reste essentiellement celle de son château soit le donjon carré remontant au XIsiècle. L'un des plus beaux spécimens de ce typed'architecture HURIEL entouré d'une muraille circulaire doublée d'un large fossé. Huriel fut l'une des 27 villettes closes du Bourbonnais .Les portes et remparts disparurent au XVI siècle , Plan 1779 le plan de 1779 montre que les fortifications se sont sur la moitié ouest de la ville,ou elle sont reliées aux propres fossés du château Plus connu sous le nom populaire de la Toque", en raison de son ancienne toitureen forme de toque pointue, le donjon d'Huriel est un des rares donjons quadrangulaires français, au même titre queceux de Montrichard, Beaugency et Loches. Vestige de l'ancien château des Seigneurs, entouré de fossés jusqu'au milieu du siècle dernier, il estentièrement construit en blocs de granit régional.Quatre campagnes de construction seront nécessaires pour parvenir à ce que sera le Château d'Huriel au tempsde sa splendeur (XV - XVIe siècle). Au XVe siècle,quatre tourelles sont ajoutées aux angles (deux subsistentaujourd'hui), reliées entre elles par des murs d'enceinte.Ayant essentiellement une vocation défensive, lechâteau est laissé à l'abandon jusqu'en 1879quand il est racheté par la commune toujours depuis et constament conservé . Il est classé depuis 1885.
Congrés archéologique de France. 146ème session (1988): Bourbonnais (pp. 265-272)bsp;

Le donjon situé sur une éminence au sud-est de la ville est un parallélépipéde rectangle de 12m20 sur 10m10 (fig. 1). Sa hauteur atteignait 33 mètres au sommet du toit avant restauration; elle n'est plus que de 24m60 du sol au parapet de la terrasse. Construit en granit de Jarges en moyen appareil très soigné tant pour les parements externes que pour les parements internes, il prend appui sur une ancienne motte aménagée tardivement en terre plein carré lors de la construction d'une enceinte extérieure flanquée de quatre tours. Ses quatre faces sont traitées de maniére similaires avec sur chacune d'elles quatre contreforts de Om20 d'épaisseur et Om93 de largeur qui montaient jusqu'à la corniche du toit. Deux légers retraits successifs se produisent dans les étages supérieurs, l'épaisseur des murs allant en diminuant par paliers de 2m20 dans la cave et à 1m30 au sommet. L'intérieur est divisé en six niveaux (fig. 2), une cave voûtée en berceau, un rez-de-chaussée bas et quatre étages composés d'une seule grande salle. En fait cette disposition doit dater des aménagements de la fin du XVe ou du début du XVle siécle lorsqu'on remodela la tour pour en faire une habitation plus confortable. Il nous paraît évident que les actuels rez-de-chaussée et premier étage ne formaient à l'origine qu'un seul niveau totalement aveugle destiné à servir de cellier comme c'était l'usage dans les donjons des XIe-XIIe siécles; comme cette piéce était trop haute pour ses nouvelles fonctions d'espace habitable on la recoupa en deux niveaux inégaux par un plancher, on ouvrit deux fenêtres au sud et à l'est pour l'éclairer, une porte précédée d'un perron et d'un escalier A lire :Congrés archéologique de France. 146éme session (1988): Bourbonnais (pp. 265-272)

Caractéristique

D'une hauteur de 33 mètres, sur un rectangle de 10,20m sur 12 m constitué de murs ayant de 2,30 m à labase à 1 m d'épaisseur au sommet.
Cinq salles superposées s'élèventaujourd'hui sur la cave voûtée. Quatre campagnes deconstruction seront nécessaires pour parvenir à ceque sera le Château d'Huriel au temps de sa splendeur : le bloc primitif remplace la tour charpentée sur motte (issuede l'architecture militaire normande) à laquelle ilemprunte sa forme quadrangulaire. Utilisé à des fins uniquement défensives, on suppose que ce bloc possédait un hourd simple et non couvert sur lesfaçades Sud et Est. Avec le perfectionnement del'armement, la hauteur est augmentée courantXIIème, avec un nouvel étage de 7 m, situélégèrement en retrait par rapport au premier bloc.Le hourd primitif est remplacé à cet étagepar un hourd couvert complet sur les quatre façades. Lecorps supérieur sera ajouté courant XIIIème.Au XVème siècle, avec la fin de la guerre de CentAns, Huriel cesse d'être un lieu stratégique pour le royaume de France (avec Boussac et Ste Sévère, la ville fut, durant près de 3 siècles, un point de surveillance et de défense majeur, à la frontière du Comté de la Marche, territoire d'obédience incertaine, souvent rendu à la cause des Anglais). Le Donjon est alors aménagé en habitation par Jean II, fils du Maréchal de France Jean DeBrosse, seigneur d'Huriel, de Boussac et SteSévère, éminent compagnon de Jeanne d'Arcdans la lutte contre les Anglais. A l'extérieur, quatretourelles (dont deux subsistent encore aujourd'hui) sontajoutées aux angles, reliées entre elles par desmurs d'enceinte... des dépendances sont construitesdonnant ainsi à la Toque l'aspect d'un véritablechâteau, avec au centre le Donjon, coiffé d'un toità quatre pans. A l'intérieur, un escalier remplacepartiellement le système d'échelles reliant lesdifférents étages, tandis que les immenses sallesdu second et du troisième étages sont rendueshabitables par le percement de grandes fenêtres àmeneaux et la construction de cheminées. Au fur età mesure des années, et des changements depropriétaires, l'enceinte et les dépendances duChâteau seront laissées à l'abandon, se ruinant peu à peu. A partir de 1779, jusqu'en 1845, lesfossés seront comblés, en raison des fièvresmortelles qu'ils entraînent. En 1903, les travaux de restauration verront disparaître le toit à quatrepans (son entretien étant de loin trop conséquent),remplacé par une terrasse, et la construction d'unetourelle d'escalier au nord pour permettre un meilleuraccès aux salles
.